CORVETTE C1 

Article repris dans le GUIDE de AUTO https://www.guideautoweb.com

par Mélanie Jean, Belles Autos d'hier (Québec)

Voir ici:  https://www.guideautoweb.com/articles/17197/l-histoire-de-la-corvette-la-premiere-generation-1953-1962/

1953 à 1962 — la naissance de la Corvette

La Corvette de cette première génération est facilement reconnaissable à son devant massif et à ses doubles phares apparus en 1958 (comme le permettait la législation de l’époque). Sortie tout droit de l’imagination d’Harley Earl, l’un des plus célèbres stylistes du 20e siècle qui s’était inspiré des roadsters anglais, devenus très populaires auprès des GI qui revenaient d’Europe après leur service militaire. Le nom Corvette, d’ailleurs, vient du navire de guerre qui portait ce nom. La Corvette fut présentée à près de 300 000 visiteurs pour la toute première fois au Motorama de 1953 à New York.

Les 300 premières Corvette à sortir de l’usine d’assemblage furent de couleur Polo White avec l’intérieur rouge. À l’époque, les 7 500 concessionnaires Chevrolet à travers l’Amérique du Nord voulaient tous vendre des Corvette… mais à la fin de septembre 1953, seulement 50 Corvette avaient trouvé preneur. À la fin de cette même année, 183 des 300 Corvette produites furent vendues. Avec ces ventes modestes dues à un prix très élevé et à des performances plutôt ordinaires, Chevrolet décida donc de diminuer sa production prévue pour l’année 1954, passant de 12 000 à 10 000 unités. L’Amérique ne semblait pas encore prête pour cette nouvelle voiture sport, mais la filiale de General Motors, elle, y croyait. À la fin de 1954, les ventes avaient atteint 2 780 véhicules.

 

Allure sport mais mécanique dépassée

La motorisation des premières Corvette était quelque peu modeste. Le moteur, un six cylindres en ligne développant 150 chevaux et surnommé Blue Flame, était peu performant. De plus, les Corvette 1953 et 1954 n’étaient disponibles qu’avec une transmission automatique à deux rapports. Il faudra attendre 1955 pour voir arriver la transmission manuelle.

Toujours à la recherche d’une identité propre, la Corvette fut dotée en 1955 d’un nouveau moteur V8. Rappelons ici que le concurrent Ford venait d’introduire sa nouvelle voiture sport, la Thunderbird, au Salon de Detroit en février 1954. Et ce fut un succès pour le constructeur à l’ovale bleu : plus de 16 000 véhicules vendus la première année ! En 1956, la Corvette était désormais disponible pour la première fois avec une peinture deux tons en option et un toit rigide démontable.

Heureusement, l’année 1957 arriva! Aux dires des historiens automobiles, ce fut l’année où tout changea. Le moteur 283 pouces cubes fit son apparition avec ses 220 chevaux et il pouvait même atteindre 270  avec un carburateur quatre corps. La seconde innovation de cette année-là fut le circuit d’injection (fuel injection), composante indispensable qui permit à la Corvette d’atteindre 283 chevaux. On introduisit aussi la transmission manuelle quatre vitesses en option. À l’époque, le prix d’une Corvette de 220 chevaux dotée d’une transmission manuelle à trois vitesses était de 3 176,32 $. En 1957, 6 339 Corvettes furent produites. En 1958, le prix monta à 3 591 $, avec un équipement similaire et la production atteignit 9 168 véhicules. Dans un marché automobile en mutation, la Chevrolet Corvette avait su trouver sa place.

La carrosserie fibre de verre

Tandis que toutes les voitures fabriquées aux États-Unis étaient en acier, chez Chevrolet on avait décidé de produire la carrosserie de la première Corvette en fibre de verre. Cette innovation coûta 60 000 $ (équivalant environ à 500 000 $ aujourd’hui) pour concevoir la Corvette du Motorama de 1953. Grâce à la fibre de verre, la  carrosserie de la Corvette ne pesait que 411 livres.

La production de la Corvette franchit enfin le cap des 10 000 unités en 1960 avec une production totale de 10 261 unités. Le début des années 60 est synonyme de changements pour la Corvette. En effet, avec son fameux ducktail design (l’arrière de la voiture aux allures de queue de canard), la Corvette de 1961 donnait un avant-goût des années à venir. Bien que le moteur soit demeuré le même (le 283 pouces cubes), on augmenta sa puissance jusqu’à 315 chevaux. L’année 1962 est l’année d’introduction du moteur V8 de 327 pouces cubes qui pouvait développer jusqu’à 360 chevaux et la production grimpa à 14 531. Le prix de vente augmenta aussi, à 4 038 $. Au total, 69 015 Corvette de première génération furent assemblées.

Mélanie Jean, Belles Autos d'hier (Québec)

 

CORVETTE C1 

Article repris dans le GUIDE de AUTO https://www.guideautoweb.com

par Mélanie Jean, Belles Autos d'hier (Québec)

Voir ici:  https://www.guideautoweb.com/articles/17197/l-histoire-de-la-corvette-la-premiere-generation-1953-1962/

1953 à 1962 — la naissance de la Corvette

La Corvette de cette première génération est facilement reconnaissable à son devant massif et à ses doubles phares apparus en 1958 (comme le permettait la législation de l’époque). Sortie tout droit de l’imagination d’Harley Earl, l’un des plus célèbres stylistes du 20e siècle qui s’était inspiré des roadsters anglais, devenus très populaires auprès des GI qui revenaient d’Europe après leur service militaire. Le nom Corvette, d’ailleurs, vient du navire de guerre qui portait ce nom. La Corvette fut présentée à près de 300 000 visiteurs pour la toute première fois au Motorama de 1953 à New York.

Les 300 premières Corvette à sortir de l’usine d’assemblage furent de couleur Polo White avec l’intérieur rouge. À l’époque, les 7 500 concessionnaires Chevrolet à travers l’Amérique du Nord voulaient tous vendre des Corvette… mais à la fin de septembre 1953, seulement 50 Corvette avaient trouvé preneur. À la fin de cette même année, 183 des 300 Corvette produites furent vendues. Avec ces ventes modestes dues à un prix très élevé et à des performances plutôt ordinaires, Chevrolet décida donc de diminuer sa production prévue pour l’année 1954, passant de 12 000 à 10 000 unités. L’Amérique ne semblait pas encore prête pour cette nouvelle voiture sport, mais la filiale de General Motors, elle, y croyait. À la fin de 1954, les ventes avaient atteint 2 780 véhicules.

 

Allure sport mais mécanique dépassée

La motorisation des premières Corvette était quelque peu modeste. Le moteur, un six cylindres en ligne développant 150 chevaux et surnommé Blue Flame, était peu performant. De plus, les Corvette 1953 et 1954 n’étaient disponibles qu’avec une transmission automatique à deux rapports. Il faudra attendre 1955 pour voir arriver la transmission manuelle.

Toujours à la recherche d’une identité propre, la Corvette fut dotée en 1955 d’un nouveau moteur V8. Rappelons ici que le concurrent Ford venait d’introduire sa nouvelle voiture sport, la Thunderbird, au Salon de Detroit en février 1954. Et ce fut un succès pour le constructeur à l’ovale bleu : plus de 16 000 véhicules vendus la première année ! En 1956, la Corvette était désormais disponible pour la première fois avec une peinture deux tons en option et un toit rigide démontable.

Heureusement, l’année 1957 arriva! Aux dires des historiens automobiles, ce fut l’année où tout changea. Le moteur 283 pouces cubes fit son apparition avec ses 220 chevaux et il pouvait même atteindre 270  avec un carburateur quatre corps. La seconde innovation de cette année-là fut le circuit d’injection (fuel injection), composante indispensable qui permit à la Corvette d’atteindre 283 chevaux. On introduisit aussi la transmission manuelle quatre vitesses en option. À l’époque, le prix d’une Corvette de 220 chevaux dotée d’une transmission manuelle à trois vitesses était de 3 176,32 $. En 1957, 6 339 Corvettes furent produites. En 1958, le prix monta à 3 591 $, avec un équipement similaire et la production atteignit 9 168 véhicules. Dans un marché automobile en mutation, la Chevrolet Corvette avait su trouver sa place.

La carrosserie fibre de verre

Tandis que toutes les voitures fabriquées aux États-Unis étaient en acier, chez Chevrolet on avait décidé de produire la carrosserie de la première Corvette en fibre de verre. Cette innovation coûta 60 000 $ (équivalant environ à 500 000 $ aujourd’hui) pour concevoir la Corvette du Motorama de 1953. Grâce à la fibre de verre, la  carrosserie de la Corvette ne pesait que 411 livres.

La production de la Corvette franchit enfin le cap des 10 000 unités en 1960 avec une production totale de 10 261 unités. Le début des années 60 est synonyme de changements pour la Corvette. En effet, avec son fameux ducktail design (l’arrière de la voiture aux allures de queue de canard), la Corvette de 1961 donnait un avant-goût des années à venir. Bien que le moteur soit demeuré le même (le 283 pouces cubes), on augmenta sa puissance jusqu’à 315 chevaux. L’année 1962 est l’année d’introduction du moteur V8 de 327 pouces cubes qui pouvait développer jusqu’à 360 chevaux et la production grimpa à 14 531. Le prix de vente augmenta aussi, à 4 038 $. Au total, 69 015 Corvette de première génération furent assemblées.

Mélanie Jean, Belles Autos d'hier (Québec)